TRICENTENAIRE DE LA MORT DE MONTFORT

Dimanche dernier, Une foule nombreuse a participé à la principale célébration de clôture de l’année du Tricentenaire de la mort de saint Louis-Marie de Montfort, au Calvaire de Pontchâteau, un haut-lieu de l’histoire religieuse de la Bretagne.
En mémoire de saint Louis-Marie, qui a marqué toute la région avec la construction de ce Calvaire,la paroisse regroupant les églises environnantes se nomme « Sainte Croix de Montfort ».

saint Louis-Marie y agagné le coeur de tout un peuple: des milliers de volontaires ont construit ce Calvaire.
La jalousie et la mesquinerie de quelques hauts-fonctionnaires ont fait démolir le monument, mais le peuple n’a jamais abandonné le rêve du missionnaire et les générations suivantes, avec la même ardeur et leurs milliers de bras,
ont construit la Terre Sainte que l’on connaît aujourd’hui.
Ses ennemis disaient que le Père de Montfort
en mourrait de douleur, il est sorti grandi de cette épreuve. Ce que saint Louis-Marie a vécu à cette occasion a grandement contribué à faire de lui le saint puissant et crédible que Jean-Paul II a mis au calendrier de l’Église universelle (28 avril).

Montfort aurait-il pu prévoir que le plus grand rassemblement à se tenir au Calvaire serait à l’occasion de sa propre
canonisation, en 1947? Plus de 150,000 pèlerins ont participé alors aux célébrations, présidées par Mgr Angelo Roncalli, le futur Jean XXIII.

Louis-Marie n’a sans doute jamais revu ce lieu.
Mais, depuis trois siècles, il y prêche toujours.

Sans son abandon total à la Providence, il aurait été démoli avec son œuvre.
Plus que la croix de son Calvaire, la croix qu’on a mise sur ses épaules a fait connaître ce grand apôtre et son message bien au-delà des frontières de son pays.

l’influence de saint Louis-Marie est incalculable. Les congrégations montfortaines sont présentes dans une quarantaine de pays; à ces communautés se sont greffés des membres associés. Plusieurs congrégations et instituent s’inspirent de sa spiritualité. Ses écrits ont été traduits en plusieurs langues, particuliéerement le Traité de la Vraie Dévotion à la Sainte Vierge, dont on compte plus de deux cents traductions.

La foi de la Vierge Marie a été le moule dans lequel Montfort a grandi. En partageant avec elle la croix de son Fils, il s’est avancé à pas de géant sur le chemin de la sainteté.

Jean-Louis Courchesne, s.m.m.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Anti-Spam Protection by WP-SpamFree